jean boye logo de haut de page

Rencontre avec Jeanne Voronine : 1901 - 1995 PDF Imprimer Envoyer

Par la presse, nous avons appris le décès de Jeanne Voronine. Grâce à l'obligeance de Gilberte Baduel-Loth qui l'a bien connue et en faisant appel à nos souvenirs, j'ai pu à titre de témoignage écrire ces quelques lignes.

Jeanne Voronine née à Périgueux en 1901 part très tôt à Paris où elle se perfectionne dans le métier de modiste et le dessin, entre autres celui des figurines de mode. Dans la capitale, elle rencontre celui qui deviendra son mari, un émigré russe, décorateur et modéliste chez le Prince Youssoupof. De leur union naît une fille. Lui, souffrant de troubles cardiaques meurt jeune.

Elle, âgée de 33 ans, revient à Périgueux, s'installe rue Salinière. Sa réputation est grande, elle confectionne des chapeaux pour les élégantes de la ville.

De plus on la connait pour son habileté dans le domaine du pastel ses paysages d'après nature où s'allient technique et sensibilité font d'elle une artiste authentique. Ensuite, elle évoluera vers un symbolisme qui n'est pas sans rappeler une certaine époque des années vingt. Ne peut-on penser à Mucha ?

Ajoutons qu'elle écrit des poèmes, des contes et habille à la perfection des figurines de mode du siècle dernier. Membre de la Société des Beaux-arts de la Dordogne, elle ne manque pas de participer à l'ensemble des manifestations.

Elle donne des conseils de sagesse à deux jeunes gens qu'elle héberge Jean-Claude Calafat dessinateur de mode chez Jacques Fath et Jacques Lafont professeur de lettres. Elle connait aussi Gaby Gourvat peintre décorateur de la rue Limogeanne à Périgueux. Au 23 de la même rue, elle a grand plaisir à participer aux soirées qui se terminent très tard chez Marcel et Gilberte Loth. En plus de nos hôtes, sont là François Augiéras racontant ses périples en Afrique, Guy Célérier et moi-même; la peinture est le sujet de bien des discussions. Bons moments que ces rencontres passées avec "la Jeanne" comme nous avions l'impudence de l'appeler.

Notons qu'une exposition de ses œuvres suscitée par Gilberte Baduel-Loth et organisée par Robert Delfour a eu lieu à l'Office de tourisme de Périgueux. Elle offrit deux pastels au musée du Périgord.

Jean Boyé