jean boye logo de haut de page

Biographie

A Périgueux, la chance voulut que Jean Boyé soit l'élève d'un homme extraordinaire, Julien Saraben qui lui enseigna la technique, lui apprit la patience et lui donna le goût du labeur. Maurice Albe, maître incomparable tant sur le plan du dessin que de la peinture, poursuivit sa formation. En 1947, à 18 ans, le salon d'automne reçoit une de ses premières œuvres. Puis c'est le détour obligé par la capitale, le temps d'y recevoir une formation classique : admis à l'académie Julian, il entra dans la classe de dessin du sculpteur Swobada, disciple de Rodin, et dans celle de Jules Cavaillès pour la peinture. Roger Bissière, rencontré en Quercy, lui prodigua ses conseils et pour compléter ses années d'apprentissage, il s'inscrivit au cours d'arts de l'école Estienne et à celui de dessin animalier du Muséum d'histoire naturelle.



Jean Boyé : une vie dédiée à la peinture par Jean-François Boyé PDF Imprimer Envoyer

Très jeune, la passion du dessin

La passion du dessin est venue très jeune à mon père. Aussi loin qu’il s’en souvenait, me disait-il, « j’ai toujours dessiné ». Ainsi, à l'âge de 17 ans ce fut une pulsion irrésistible qui le poussa à dessiner et durant toute son existence, il s’y est consacré, malgré parfois bien des difficultés.

Il n’était pas le premier artiste dans la famille puisque son grand-père, Julien Mallet, était ferronnier d'art. Il réalisa notamment les grilles actuelles du château des Milandes et lorsqu'il vint à Paris sa première visite fut pour le musée du Louvre, section peinture, pour y admirer, entre autres, le portrait du Périgourdin Fournier-Sarlovèze, général d'Empire peint par le baron Gros.

Découvrir la suite
 
Jean Boyé ou le retour aux sources en Sarladais PDF Imprimer Envoyer

Découvrir la suite
 
Biographie de Jean Boyé PDF Imprimer Envoyer

Formation
Ecole de dessin de Périgueux, élève de Julien Saraben et de Maurice Albe
Académie Julian Paris, élève du sculpteur Jacques Swobada pour le dessin et du peintre Jules Cavaillès
Académie de la Grande-Chaumière Paris, atelier de croquis
Rencontre en 1950 dans le Lot du peintre Roger Bissière dont il reçoit les conseils pendant quelques années

Découvrir la suite
 
La peinture de Jean Boyé : Une œuvre à découvrir PDF Imprimer Envoyer

Loin des bruits, des fureurs, des modes, sa peinture dit simplement des choses simples. Ne pensez pas, pour autant, qu'il a peu à dire : voir un paysage, en exprimer les forces et les tendresses, en démêler toutes ces lignes qui le font se stabiliser, ou toutes ces vibrations qui l'animent, ce n'est pas peu. Mais cela peut être exprimé sans emphase, sans gesticulation ni poudre aux yeux.

Découvrir la suite
 
Jean Boyé : Un pouvoir de transmutation PDF Imprimer Envoyer

Il s'amuse à concurrencer la mer, teinte de bleu les paysages ; en avril fait mûrir les blés ; plante des haies pour ne plus souffrir un nuage.

C'est dire combien une analyse experte impulse à la main ses lignes, ses horizons et points de mire, orchestrés au fil des saisons.

Lire la suite...